Paolo Pettigiani
Infrared NYC V de Paolo Pettigiani
Infrared NYC V
Infrared NYC V
2016 / 2016

Infrared NYC V

Édition limitée, Tirage: 150, Signée
Édition limitée, Tirage: 150, Signée
N° d'œuvre : PPE10

€ 749,00

Partager sur

TVA incluse plus € 16 de frais d'envoi
N° d'œuvre : PPE09

€ 1.499,00

Partager sur

TVA incluse plus € 16 de frais d'envoi

Paolo Pettigiani

Infrared NYC V

Édition limitée, Tirage: 150, Signée
2016 / 2016
Infrared NYC V de Paolo Pettigiani
€ 749,00
€ 749,00
70 x 105 cm

Contrecollage sous verre acrylique, épaisseur 2 mm mat

Sans cadre

€ 749,00
100 x 150 cm

Contrecollage sous verre acrylique, épaisseur 2 mm mat

Sans cadre

€ 1.499,00
Partager sur
TVA incluse plus € 16 de frais d'envoi

Plus d'œuvres de Paolo Pettigiani

Informations de fond sur Paolo Pettigiani

Central Park est rougeoyant ; l’air et l’eau teintés d’un turquoise vibrant : avec ses prises de vue infrarouge, Paolo Pettigiani transforme New York en un paysage surréel et livre un tout nouveau regard sur la ville la plus célèbre du monde.

Très appréciée dans les années soixante pour son côté psychédélique, la photographie infrarouge connaît actuellement un regain d’intérêt dans le milieu artistique. Lauréat 2014 du Deutsche Börse Photography Foundation Prize avec sa série sur la guerre au Congo, Richard Mosse est sans doute le tenant plus célèbre de ce renouveau. C’est dans les paysages, surtout, que l’illusion de la pellicule dite à « fausses couleurs » révèle son plein effet. Le phénomène est dû à la chlorophylle : transparente dans le spectre infrarouge, elle reflète la lumière. Les propriétés spécifiques du filtre infrarouge sont à l’origine de l’apparence rouge du feuillage.

Grâce aux contrastes renforcés, à l’amélioration des prises de vues à distance de la technique infrarouge, les photos de la série Infrared de Paolo Pettigiani ont une physionomie irréelle et intense. En les regardant, elles déploient une force d’attraction presque magique.


Daniela Kummle
Paolo Pettigiani a étudié le design et la communication visuelle à Turin. Au printemps 2016, ce photographe italien séjourne quelques mois à New York. Il travaille aujourd’hui comme graphiste et photographe dans le nord de l’Italie. Ses images s’intéressent principalement à l’architecture et au paysage. Il ne cesse d’expérimenter de nouvelles techniques et perspectives photographiques.