The Apartment House de Alastair Pincaud
Alastair Pincaud

The Apartment House

2018 / 2018
Édition limitée, Tirage: 100, Signée
100 x 150

LIMITED EDITION OF 100, SIGNED
MATT ALUMINIUM DIBOND WITH CIRCLES
OF RAISED ACRYLIC GLASS
The Apartment House uses sculptural photo elements to create the effect of zooming in on cinematic events inside the building.

100 x 150 cm (Dimensions extérieures)

€ 1 999,00
TVA incluse plus € 34 de frais d'envoi | N° d'œuvre : API07
Informations de fond sur Alastair Pincaud
Introductions
Vivre dans l’anonymat de la métropole permet de poursuivre ses tâches quotidiennes sans que ses voisins ne s’en rendent compte. En même temps, cette ignorance excite notre imagination, elle stimule notre voyeurisme. Que peut-il donc bien se passer dans l’immeuble d’en face ? Alignées, ses pièces ressortent comme autant de parcelles disposées les unes à côté des autres. Uniformes sur le plan architectural, seuls les êtres humains leur insufflent une vie en s’y créant des univers ô combien singuliers.

Lorsqu’il livre un aperçu de la façade arrière d’un hôtel new-yorkais, Alastair Pincaud se fait le complice de notre curiosité. Ce sont de petites histoires – instantanés fictifs pleins de tension – composées avec force humour et minutie. Nous découvrons ainsi que les tableaux ornant les murs des chambres ne sont rien moins que des œuvres d’art volées, recherchées par le FBI à travers le monde. Mannequin d’un shooting photo, couple d’amoureux impatients de se rencontrer, cambrioleur sur le point d’être démasqué : destinées à éveiller notre curiosité, les scènes exposées relèvent du cinéma. C’est qu’on serait tenté d’intervenir dans cette maison de poupées photographique pour y poursuivre le récit des protagonistes.

Dès son plus jeune âge, Alastair Pincaud se passionne pour les modèles miniatures. Au cours de sa carrière, il a régulièrement travaillé comme décorateur et scénographe – l’esthétique de Spy City en est manifestement influencée. Ici, perspective et espace occupent une place centrale dans l’œuvre. Les cercles acryliques ajoutés à la façade de The Grand Hotel produisent un effet plastique et confèrent une troisième dimension à la photographie. Semblables à des loupes : ils dirigent notre regard vers l’intérieur de l’image : nous observons secrètement ce qui s’y passe, tels des espions. Pincaud aborde le rôle de l’individu dans l’espace et les différentes sphères de sa vie publique et privée.

Daniela Kummle
Curriculum vitæ
Naissance à Winnipeg, Canada
Études de photographie à l’ArtCenter College of Design de Pasadena, USA
Vit et travaille à Toronto, Canada et à Amsterdam, Pays-Bas

Visitez le site LUMAS USA!

Aucune livraison n'est possible dans votre pays à partir de cette page.
Si vous désirez passer commande chez nous, veuillez visiter le site LUMAS USA.

Non merci, j'aimerais rester sur cette page.
Oui, je souhaiterais changer.