pdp.preview.ar-cta.header
Prévisualisez cette œuvre sur votre mur
Scannez-moi pour visualiser cette œuvre sur vos murs ! (sur iPhone uniquement)

Pointez l'iPhone vers le mur souhaité (à environ 3 mètres) et appuyez sur Démarrer.

Blossom I

Sizes:
105 x 177
DESCRIPTION :

PHOTO PRINT UNDER ACRYLIC GLASS IN A WOOD LATTICE FRAME
The purpose-built, handmade frame gives the artwork and its individual sections a more prominent character.
Framed, Wenge

112 x 184 cm (Dimensions extérieures)

2017 / 2018 / CZS02
page.detail.shipment.estimation.sale-item
TVA incluse plus € 39 de frais d'envoi

PRÊT À ACCROCHER

Toutes les œuvres d'art LUMAS peuvent être accrochées très facilement après le déballage.

EMBALLÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

Les emballages des usines LUMAS répondent toujours aux normes les plus strictes, afin de garantir que tout arrive chez toi en aussi bon état qu'il a été expédié.

SOUTIENT LES ARTISTES

Avec chacun de tes achats LUMAS, l'artiste reçoit une commission équitable.

14 JOURS DE DROIT DE RETOUR

Retour facile sous 14 jours pour s'assurer que vous êtes satisfait de chaque achat.



INFORMATIONS SUR LE BAGROUND
Les œuvres grand format de Christiane Zschommler semblent reproduire la réalité. C’est en les contemplant de plus près que le spectateur reconnaît leur multiplicité : certaines branches disparaissent entre les arrangements isolés, poussent dans l’entrelacs des arbres. Zschommler nous dévoile sa façon à elle d’envisager la nature.

Pour révéler les nuances de couleur et de lumière de ses multi-panneaux boisés, elle photographie les œuvres une à une le même jour. Zschommler sait parfaitement créer l’illusion, jouant avec les perspectives, les proportions et les distances de prises de vue. L’artiste vit à la campagne, dans le sud de l’Angleterre. Elle se sent habitée par le calme des forêts : « Ma relation intérieure avec la nature se reflète immédiatement dans les œuvres auxquelles je travaille. »

En les réagençant, les branches finement courbées et les feuilles en filigrane sont recontextualisées et apparaissent sous un nouveau jour. Treescape simule la naturalité sans nier sa propre superficialité. Le cadre en bois, spécialement fabriqué sur mesure pour l’œuvre, appréhende les structures géométriques et confère à l’œuvre un caractère fascinant et prononcé.
VITA
Christiana Zschommler a grandi à Berlin-Est. Dans les années 1990, elle part étudier la photographie à la University of Westminster. En 2015, cette artiste a été élue Surrey Artist of the Year et a déjà publié deux volumes illustrés : Made in Germany (2009) et Hiraeth (2016).
INTERVIEW

Picasso a dit un jour « Chercher ne signifie rien en peinture. Ce qui compte, c’est trouver. » Et vous, où trouvez-vous votre inspiration artistique ?
Je vis dans un petit village près de Londres, entouré par le canal et la nature, et je suis inspirée lors de mes promenades avec mon appareil photo dans la région où je vis, influencée par les saisons. Je photographie mon environnement et sa transformation, tels qu'ils se reflètent dans l'eau.


De l’idée à sa réalisation : comment abordez-vous votre travail ?

Les œuvres pour Lumas sont comme des pièces de puzzle ; je photographie pendant une saison spécifique mais le même jour pour avoir les mêmes conditions de lumière. Par exemple, je photographie des arbres par sections dans les jardins où j'habite avec un appareil photo numérique. Ensuite, je crée des planches contact, je les imprime, je les découpe et je construis des grilles sur la table, loin de l'ordinateur, pour m'assurer que le paysage qui en résulte fonctionne visuellement. À partir des grilles en papier, je retourne à l'ordinateur pour finaliser les paysages d'arbres dans InDesign.


Quel est votre livre préféré ?
En ce moment, je lis beaucoup d'autofictions et j'ai été très impressionnée par les livres de Jenny Erpenbeck et Tove Ditlevsen.


Avec quel artiste aimeriez-vous prendre un café et de quoi parleriez-vous ?

Je suis très impressionnée par l'artiste anglaise Cornelia Parker et ses installations qui jouent beaucoup avec l'ombre et la lumière, le choix des matériaux et la transformation d'objets quotidiens, et qui traitent des opinions et des valeurs privées et publiques du présent.


Qu’est-ce qui vous a poussé vers les disciplines artistiques ?

À l'âge de 14 ans, j'ai reçu l'appareil Exa de mon grand-père et j'ai commencé à prendre des photos. Plus tard, au cours de mes voyages en Pologne et en Roumanie, je suis passé au Praktica, plus facile à manipuler, pour capturer des aspects de la vie de la rue qui ne nous étaient généralement pas montrés. Mes amis avaient une chambre noire où je développais les films et faisais des tirages.
Un peu plus tard, mon père s'est occupé de la succession de mon grand-père, le peintre Gustav Alfred Müller (1895-1978), et a installé une chambre noire pour que je puisse photographier les œuvres et les archiver en noir et blanc.
Jusqu'à la chute du mur de Berlin, ma chambre noire improvisée m'a servi de refuge - un lieu magique, un monde intemporel. Mon expression photographique s'incarnait dans les textures granuleuses des photographies de rue en noir et blanc créées lors de mes voyages en Europe de l'Est.
 Au cours de ma licence en photographie à l'université de Westminster à Londres, au milieu des années 90, mon approche de la photographie a radicalement changé : au lieu de capturer des images, j'ai commencé à les créer. En expérimentant la combinaison d'images à l'aide de négatifs couleur et noir et blanc, j'ai transformé des objets familiers en photographies de rêves magiques.
Ces dernières années, mes méthodes de travail ont encore changé. Outre les paysages d'arbres construits, je m'implique davantage dans l'art conceptuel. J'utilise des carnets de notes, mes propres photographies, des sons et des données accessibles au public comme points de départ pour réfléchir à mes expériences au sein de la société britannique.


Par quelles personnes de votre entourage êtes-vous particulièrement influencé(e) ?

Des personnes actives, capables d'exprimer clairement leurs idées et leurs opinions, soucieuses du bien-être de ceux qui sont ignorés ou négligés dans la société, et qui n'abandonnent pas malgré les échecs.


Imaginez que vous possédiez une machine à remonter le temps. Où vous transporterait-elle ?
J'aimerais me rendre aux États-Unis pour photographier les plus vieux arbres de Californie et du Nevada, comme les pins de Bristlecone du Grand Bassin, qui ont près de cinq millénaires.

Hormis les arts, quelle est votre plus grande passion ?
J'aime faire de longues promenades dans la nature, mais j'aime aussi visiter des villes européennes à l'architecture impressionnante au printemps, comme le musée Guggenheim à Bilbao ou les bâtiments de Gaudi à Barcelone, avec la Sagrada Familia, que je veux absolument visiter à nouveau lorsqu'elle sera achevée. J'aime aussi aller au cinéma, au théâtre et assister à des concerts classiques.


Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

En hiver, j'ai photographié des platanes de Londres taillés en têtard dans le quartier et je construis actuellement des grilles à partir de ces arbres.
En ce qui concerne mon travail conceptuel, je travaille avec du matériel historique lié à l'éducation en RDA, à une époque que j'ai moi-même vécue en tant qu'étudiante et enseignante. Je souhaite créer des objets à partir de ces reliques : je les transforme par le biais d'interférences physiques, puis je les photographie en studio.

Aucune livraison n'est possible dans votre pays à partir de cette page.
Si vous désirez passer commande chez nous, veuillez visiter le site LUMAS USA.

Non merci, j'aimerais rester sur cette page.
Oui, je souhaiterais changer.