Lake House de Massimo Colonna
Édition limitée, Tirage: 150, Signée
Édition limitée, Tirage: 150, Signée
Édition limitée, Tirage: 150, Signée
2020 / 2021 MCN15
Massimo Colonna
À propos de l’œuvre

Lake House

Dans sa série Japanese Garden, Massimo Colonna amalgame architecture moderne et paysagisme traditionnel extrême-oriental. Dans ses compositions, il fait interagir l’esthétique de la philosophie zen avec celle de la nature. Colonna s’inspire de lieux réels qu’il transforme en 3D en idylles architecturaux aux tons pastel.
60 x 77
90 x 115
120 x 153
Modifier le cadre
Cadre

Contrecollage sous verre acrylique, épaisseur 2 mm brillant, Sans cadre, 60 x 77 cm (Dimensions extérieures)

ArtBox Aluminium 25mm, avec verre acrylique brillant, argent, 61,2 x 78,2 cm (Dimensions extérieures)

Sur papier premium. Non monté ou encadré. Expédié roulé

Modifier le cadre
Cadre

Contrecollage sous verre acrylique, épaisseur 2 mm brillant, Sans cadre, 90 x 115 cm (Dimensions extérieures)

ArtBox Aluminium 25mm, avec verre acrylique brillant, argent, 91,2 x 116,2 cm (Dimensions extérieures)

Sur papier premium. Non monté ou encadré. Expédié roulé

Modifier le cadre
Cadre

Contrecollage sous verre acrylique, épaisseur 2 mm brillant, Sans cadre, 120 x 153 cm (Dimensions extérieures)

ArtBox Aluminium 25mm, avec verre acrylique brillant, argent, 121,2 x 154,2 cm (Dimensions extérieures)

Sur papier premium. Non monté ou encadré. Expédié roulé

€ 599
TVA incluse plus € 12 de frais d'envoi
Qualité de musée exceptionnelle
Emballage Art Security
30 jours de droit de retour
Informations de fond sur Massimo Colonna
Introduction
Japanese Garden

Japanese Garden est une série qui se distingue par l’élégante interaction de la nature avec l’architecture. Massimo Colonna les relie en une forme idéalisée qui poursuit et modernise la grande tradition des jardins japonais. Il y met en scène divers éléments traditionnels du paysagisme extrême-oriental en association avec des constructions contemporaines. Ses œuvres enjoignent à s’extasier devant l’esthétique des lieux et à retracer l’euphonie des détails qui les composent.

Elles s’inspirent de ces paradis multiséculaires et mondialement célèbres, véritables oasis de détente à l’esthétique si particulière. À Kyoto, le temple Shinsen-dō datant de l’ère Edo en est sans doute l’exemple le plus frappant. Celui-ci n’a pas manqué de surprendre l’artiste par son atmosphère zen.

Arbres, structures aquatiques, lits de gravier : dans ses créations, tous entretiennent une relation passionnante les uns avec les autres. Ici, la finesse et la clarté des lignes s’amalgament en une composition époustouflante diffusant une énergie ô combien méditative. Les maisons qui entourent les jardins invitent le spectateur à se sentir chez lui et à s’imprégner de l’ambiance qui y règne. À l’arrière-plan, les montagnes boisées rehaussent les compositions et offrent aux pavillons un cadre naturel s’accordant à merveille avec les enclos. Mêlant tradition et modernité avec brio, il crée des œuvres d’une intemporelle beauté.


Marrakech

Marrakech est l’une des quatre villes royales du Maroc. Un lieu chargé d’histoire, dont le mythe a été forgé par de nombreuses légendes. L’artiste Massimo Colonna a choisi de dédier son travail à l’ambiance curiale de la célèbre cité : en s’emparant de la magie du lieu, il la transforme en une composition architecturale idéalisée interagissant avec des oiseaux exotiques et paradisiaques. Véritables invitations au voyage, ses œuvres stimulent l’imagination du spectateur, qui voit se réaliser l’idée d’un Occident arabe empli de mystique. Massimo Colonna dévoile la ville à sa manière : sous la forme d’une architecture virtuelle, non déterminée par la statique, mais par les lois de l’esthétique. Associée aux oiseaux, qui rehaussent avec élégance les palais et jardins, elle se métamorphose en une expérience visuelle saisissante, tant par l’harmonie des couleurs que par celle des formes.


Fondée au XIe siècle, Marrakech gagna en importance lorsqu’elle s’imposa comme capitale de l’Empire almoravide. Emblème incontesté du Maroc, sa célèbre mosquée Koutoubia est l’un des plus importants édifices cultuels de la région. Classée au patrimoine mondial de l’humanité, la vieille ville de Marrakech fait chaque année le bonheur de millions de touristes. Massimo Colonna a choisi la ville comme sujet de ses travaux tout simplement parce qu’elle suscite de nombreux fantasmes. Saisi dès le premier instant par la féérie des lieux, celle-ci l’a poussé à lui rendre hommage dans des mises en scène d’inspiration orientaliste.


À la base du travail artistique de Massimo Colonna, l’on retrouve toujours la photographie. Ses œuvres voient le jour au terme d’un processus numérique élaboré, qui utilise tous les moyens offerts par la 3D pour élaborer des projections architecturales. Cette approche lui permet de découvrir sans cesse de nouvelles possibilités et ainsi de concevoir des demeures fascinantes d’harmonie et de beauté. Il confère à ses images une touche personnelle en recourant largement aux couleurs pastel afin de faire ressortir le caractère onirique, presque abstrait, de ses dessins. Massimo Colonna est né à Scandiano, en Italie du Nord. Il y a découvert très tôt sa passion pour la photo, à laquelle il s’adonne encore aujourd’hui. Il travaille actuellement pour de nombreux clients de renom venus du monde entier. Quant à ses créations artistiques, elles sont très recherchées au niveau international.
Curriculum vitæ
Vit et travaille en Italie
Interview
Picasso a dit un jour « Chercher ne signifie rien en peinture. Ce qui compte, c’est trouver. » Et vous, où trouvez-vous votre inspiration artistique ?

Je puise mon inspiration dans mes souvenirs d’enfance, dans des voyages restés lettre morte, dans ce que je vois autour de moi. J’essaie par la suite d’imaginer comment recréer puis assembler les éléments qui me trottent dans la tête.


De l’idée à sa réalisation : comment abordez-vous votre travail ?


En général, je pars d’un sujet ou d’un espace donné, puis commence à le dessiner en 3D ou sur papier afin de me faire une idée du résultat. Une fois satisfait, il ne me reste plus qu’à ajouter les détails.


Quel est votre livre préféré ?

Je n’en ai pas un en particulier. Néanmoins, il y a deux écrivains que j’aime beaucoup : Andrea Camilleri et Gianni Rodari, que j’ai récemment redécouvert en faisant la lecture à mon fils.


Avec quel artiste aimeriez-vous prendre un café et de quoi parleriez-vous ?

J’aimerais beaucoup discuter avec Marina Abramovic et Ansel Adams. J’aurais adoré que M.A. me guide à travers ses méthodes et idées, et pouvoir accompagner A.A. dans certaines de ses expéditions photographiques. On aurait parlé tirage et développement photo.


Qu’est-ce qui vous a poussé vers les disciplines artistiques ?


Jeune, mes parents m’ont offert plusieurs appareils photo, mais en jouet ! Quant à mon père, il n’a jamais cessé de prendre des photos avec un vieux reflex que je possède toujours. Il est probable que tout ait commencé quand j’étais enfant. Au fil du temps, les technologies ont évolué mais l’envie de créer et de m’exprimer est restée la même.


Par quelles personnes de votre entourage êtes-vous particulièrement influencé(e) ?

Par tout le monde. N’importe qui peut être source d’inspiration et vous amener à créer quelque chose.


Imaginez que vous possédiez une machine à remonter le temps. Où vous transporterait-elle ?

Peut-être dans le futur, mais j’aurais peur de ne pas y trouver que du bien. Je pense que je resterais ici.


Hormis les arts, quelle est votre plus grande passion ?


Les voyages, le camping, la marche et la natation.


Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Je travaille sur différents projets pour divers clients, dont un pour LUMAS !

Visitez le site LUMAS USA!

Aucune livraison n'est possible dans votre pays à partir de cette page.
Si vous désirez passer commande chez nous, veuillez visiter le site LUMAS USA.

Non merci, j'aimerais rester sur cette page.
Oui, je souhaiterais changer.