Eric Otto

Stairway to Heaven

2014 / 2020
Édition limitée, Tirage: 150, Signée
50 x 67
Nouveau
Modifier le cadre
Cadre

Contrecollage sous verre acrylique, épaisseur 2 mm brillant, Sans cadre, 50 x 67 cm (Dimensions extérieures)

ArtBox, En bois avec verre acrylique brillant, chêne Spessart noir, 50,8 x 67,8 cm (Dimensions extérieures)

Sur papier premium. Non monté ou encadré. Expédié roulé

€ 499,00
TVA incluse plus € 12 de frais d'envoi | N° d'œuvre : EOT06
Informations de fond sur Eric Otto
Introductions
Des pneus crissants, des sirènes hurlantes, d’élégants véhicules de patrouille : voilà à quoi ressemblaient autrefois les courses-poursuites entre gangsters et policiers. Retour sur l’âge d’or des films de gangsters. Dans des œuvres mises en scène avec sens aigu du détail, recélant un indice invisible à l’œil nu, Eric Otto s’approprie l’atmosphère inimitable de cette grande époque cinématographique. Les somptueuses voitures représentées sont en fait des modèles réduits à l’échelle de 1/43. Il s’agit pour la plupart d’objets de collection rares fabriqués à la main.
Dans ses photos, l’artiste recherche toujours l’angle de vue idéal : pour réussir ces imposants motifs architecturaux, il n’hésite pas à s’allonger sur le sol. Les proportions doivent être justes et convaincre sur le champ. Outre la perspective, Eric Otto attache une grande importance à l’ambiance générale. Il faut que ce soit un peu sombre, comme dans les films d’époque. Voilà pourquoi, dans ses prises de vue, il privilégie le soir. Lorsque le jour s’éteint et que s’abat la nuit, les mises en scènes d’Eric Otto s’emplissent d’une atmosphère de circonstance. Tension et dramaturgie font irruption dans cette lumière chargée d’ambiance : les œuvres s’érigent alors en hommage à l’esthétique des polars. Dans ces moments, Eric Otto réconcilie cinéma et photo d’art.


Ce photographe est un fanatique invétéré du cinéma des années 1960 et 1970 et du design automobile de ces temps-là. Tel un réalisateur, il consacre des jours entiers au repérage des lieux et des perspectives. Les photos sont toujours prises en situation réelle, au-devant de panoramas familiers tels que le pont du Golden Gate, à San Francisco, ou celui de Brooklyn, à New York.
Le projet a commencé avec une première exposition intitulée La French Connection, en 2006, avant d’essaimer à travers l’Europe sous les noms de In Car Nation, Car is Matic ou encore L’Époque Noire en 2018.

« Les gangsters conduisaient de belles voitures. »

Visitez le site LUMAS USA!

Aucune livraison n'est possible dans votre pays à partir de cette page.
Si vous désirez passer commande chez nous, veuillez visiter le site LUMAS USA.

Non merci, j'aimerais rester sur cette page.
Oui, je souhaiterais changer.