HISTOIRE DE LA PHOTOGRAPHIE: Part 1

« Une bonne photo est une photo que l’on contemple plus longtemps qu’une seconde », disait Henri Cartier-Bresson. Mais en quoi une photographie devient-elle une oeuvre d’art faisant date, un jalon de l’histoire de l’art ? Et la photographie, peutelle elle-même être considérée comme de l’art ?

Jane Bown: Henri Cartier-Bresson
Jane Bown: Henri Cartier-Bresson

Le début : les opposants à un genre éprouvé

Ce sujet a été l’objet de bien des débats au cours de l’histoire, encore relativement jeune, de la photographie, en particulier lors de son invention au XIXe siècle. Les peintres, portraitistes surtout, se sont véritablement sentis menacés et ont craint pour leur raison d’être. Qui aurait encore voulu se faire peindre si un appareil pouvait s’en charger, avec précision et fidélité de surcroît ? D’ autres courants de peinture craignirent également de se compromettre. Leur première réaction fut un refus net.

La peinture a néanmoins survécu à cette révolutionnaire invention. Elle a même tiré profit des acquis de la photographie et n’a cessé de se réinventer par innovations successives. Les oeuvres de Gerhard Richter, sans doute le peintre le plus célèbre de notre temps, s’appuient exclusivement ou presque sur des photographies. Elles sont sinon le point de départ, du moins une partie essentielle de ses oeuvres.

Edward Steichen: Gloria Swanson
Edward Steichen: Gloria Swanson

Quand la photographie devient un genre artistique propre

Finalement, la photographie a réussi à s’imposer, si bien que personne ne doute plus de sa raison d’être : elle figure aujourd’hui aux côtés de genres établis tels que la peinture, la sculpture et l’architecture. Les artistes ont toujours tenté de répondre aux interrogations de leur époque avec les moyens esthétiques dont ils disposaient, qu’il s’agisse de la grotte préhistorique de Chauvet il y a 37 000 ans, ou de Joseph Nicéphore Niépce, père de la photographie, qui, en 1826, amorça une nouvelle ère de l’histoire de l’art avec sa première photographie.

C’est au XXe siècle seulement que, parallèlement au genre cinématographique, la photographie se développa pour devenir l’une des formes artistiques contemporaines les plus importantes. Le genre classique de la peinture était considéré par beaucoup comme désuet et donc inadéquat pour fournir des réponses pertinentes aux défis de la société moderne.

Mais comment la photographie, médium pratique et documentaire s’il en est, devint-elle une forme artistique à part entière ? Comment expliquer que la photographie soit aujourd’hui plus appréciée, des jeunes notamment, que la peinture ou la sculpture ?

Berenice Abbott: Columbus Circle, New York
Berenice Abbott: Columbus Circle, New York
Horst P. Horst: Barefoot Beauty
Horst P. Horst: Barefoot Beauty

Les photographies de maîtres tels que Man Ray, Walker Evans, Erwin Blumenfeld, Edward Steichen ou Horst P. Horst font désormais partie des classiques de l’histoire de la photographie. Pour comprendre cette évolution, nous nous pencherons, dans ce numéro de l’Art Magazine ainsi que dans les numéros suivants, sur quelques-uns des exemples les plus remarquables de l’histoire de la photographie. Dans cette édition, nous mettrons l’accent sur une photographie devenue légende d’Eadweard Muybridge.

Man Ray: Noire et Blanche, 1924
Man Ray: Noire et Blanche, 1924

De l’étude de mouvement au premier film

En raison des développements techniques continus depuis le début du XXe siècle, de nouvelles possibilités s’offrirent aux photographes, telle l’exposition multiple ou longue, mais aussi la capture de séquences de mouvement individuelles. Le Britannique Eadweard Muybridge fut l’un des plus éminents de ce « dynamisme » en question. Avant que Muybridge ne se consacrât à la course de chevaux dans ses Racing Studies, les artistes avaient une idée fausse de la décomposition des mouvements, de ceux, notamment, qui, en raison de leur rapidité, étaient invisibles à l’oeil nu et ne pouvaient être que superficiellement perçus.

Dans son célèbre tableau Le Derby d’Epsom, datant de 1821, le peintre Théodore Géricault montre que, comme bon nombre de ses contemporains, il était convaincu que les chevaux au galop perdaient tout contact avec le sol. Mais Muybridge élabora une technologie nouvelle prouvant que l’oeil nu ne pouvait abstraire le déroulement de mouvements aussi complexes. Il plaça douze appareils photo l’un à la suite de l’autre de façon à créer une série de photos et prouva tout le contraire ! Résultat, il réalisa le premier film de l’histoire et ce fut le début d’un développement fulgurant.

Par l’intermédiaire de ses prises de vue, l’objectif de Muybridge était de fournir de nouvelles connaissances aux artistes mais aussi à la science. C’est à partir de ce moment-là que la photographie se mit à acquérir une importance croissante. Les artistes développèrent le genre au sein de mouvements artistiques dominants pour en faire un instrument à part entière.

À suivre ...

Les Classiques de l’histoire de la photographie :

 

À propos de l’auteur

Autor: Dr. Jan Seewald

Jan Seewald (Ph.D.) a étudié l’histoire de l’art, notamment au célèbre Courtauld Institute of Art de Londres. Il est expert en photographie.

Favoris  0
Votre œuvre a été ajoutée à vos favoris
Panier  0
Le produit a été ajouté
L'article a été retiré
Des inspirations, page après page : l’Art Magazine LUMAS

Dans l’Art Magazine LUMAS, vous trouverez une fine sélection de nouvelles découvertes, les derniers travaux et plein d’autres choses sur nos artistes. Recevez-le gratuitement chez vous.

Toujours à la page : la newsletter LUMAS

Soyez les premiers à découvrir nos nouveautés, événements et autres recommandations des commissaires d’exposition LUMAS. Nous nous réjouissons également de vous inviter aux événements exclusifs dans votre galerie LUMAS.
M. Mme
Art Magazine Newsletter
//fill search fields on main stage Choisissez votre langue