Jane Bown

Jane Bown

  • Introduction

  • Bio

  • Expositions

  • Publications

  • Interviews

  • Liens

Un regard paisible exprimant l'essentiel


Depuis les années 1950, Jane Brown, née en 1925 dans le Dorset, est considérée comme l'une des plus importantes photographes-portraitistes de Grande-Bretagne. Elle a fait le portrait de personnalités ayant marqué leur époque : des artistes tels que Francis Bacon ou David Hockney, des acteurs ou réalisateurs comme Woody Allen et Dennis Hopper, des créateurs de mode, ainsi Vivienne Westwood, des musiciens, des Beatles à Björk, des hommes politiques, citons parmi eux Richard Nixon, Margaret Thatcher et même la reine d'Angleterre. Son tout premier portrait, qu'elle réalisa en 1949 en photographiant le philosophe Bertrand Russel, jeta les bases d'une collaboration professionnelle avec l'Observer qui dura plus de soixante ans. Empli d'une fierté paisible, le profil caractéristique de Russel se dégage de manière frappante de l'arrière-plan abstrait grâce aux contrastes éclatants du blanc et du noir.


Tous ses portraits témoignent d'une concentration extraordinaire. Hier comme aujourd'hui, sa technique de travail est la même : elle n'utilise ni lumière artificielle, ni accessoire, ni assistant, ni couleur, ni même un posemètre. « Je n'ai qu'à regarder la lumière sur le dos de ma main, c'est ma façon de procéder. » En utilisant tout d'abord un Rollei, puis un Pentax et finalement un Olympus dont elle se sert encore aujourd'hui, Jane Bown s'est créé un style tout à fait unique. La plupart du temps, elle se concentre sur le visage du sujet, notamment sur ses yeux. Elle l'isole en le plaçant au-devant d'un arrière-plan indéfini. De cette façon, elle a réussi avec le temps à faire de son art de la photographie minimaliste une perfection à la fois technique et artistique.


Dans l'une des rares interviews qu'elle a donnée, on lui a demandé si elle partageait le même avis que Richard Avedon lorsque ce dernier affirme que la plupart des photographes travaillent certes dans un souci de la précision mais que peu d'entre-eux reflètent vraiment la réalité. Après un instant d'hésitation, elle répondit : « Je pense que mes portraits reflètent la réalité. » D'après elle, le photographe devrait devenir invisible pour guetter le moment idéal : « Les meilleures images sont imprévisibles. Elles surgissent tout d'un coup. Elles sont tout simplement là, et l'instant d'après, elles ont disparues. Il est relativement simple de prendre une photo mais très difficile d'en obtenir une bonne. » Elle fit tout pour, comme ce fut le cas avec Richard Nixon : le contrat arriva très tard, tous les autres journalistes étaient déjà là et lui bloquaient la vue. Il ne lui restait aucune autre alternative que celle de se mettre à genoux et de prendre ainsi la photo. La première fut ratée, Nixon demanda: « Vous l'avez ? », elle repondit par la négative. Il prit à nouveau la pose et demanda: « Vous l'avez ? ». Cette fois, elle l'avait !


En général, elle n'avait que dix minutes pour réaliser ses prises de vue, ce qui exigeait précision, rapidité d'esprit et, pour une personne timide comme Jane Bown, une grande détermination. Lorsqu'elle se porta à la rencontre de Dennis Hopper en 1982 au Savoy, elle marcha tout droit dans sa chambre d'hôtel et évalua la situation en un instant. En l'espace de quelques secondes, elle avait idée de la photo et, quelques prises plus tard, son portrait : l'acteur, un chapeau sur la tête, en train de fumer devant un miroir. Samuel Beckett avait voulu annuler le rendez-vous par manque de temps mais Bown ne se laissa pas intimider et le guetta à sa sortie de scène. En seulement cinq prises, elle avait fait de lui des portraits inoubliables. En 1995, son travail trouva une grande reconnaissance lorsque la National Portrait Galery lui dédia une retrospective très complète intitulée The Gentle Eye – rétrospective accompagnée d'un catalogue. Cette même année, elle reçut, en Angleterre, l'Ordre National du Mérite pour son travail exceptionnel dans le domaine de la photographie. De nombreuses publications, dont le volume illustré Faces paru en 2000, documentent son travail.

1925Naissance dans le Dorset
Jane Bown a étudié la photographie (1946-1950) à la Guildford School of Art, dans le Surrey (Grande-Bretagne). En Janvier 1949, elle commence à travailler pour le journal britannique The Observer et sa première photo publiée fut un portrait de Bertrand Russell reproduite le même mois dans le journal. Après avoir passé trois années à photographier en couleur pour l'Observer Colour Magazine, ce qu'elle n'a jamais vraiment apprécié, elle retourna à la photographie noir et blanc en 1964. Ses nombreux travaux comprennent des séries sur les Sinti et les Roms, les expulsions Greenham Common et, en 2002, une série sur le festival de Glastonbury. Posèrent entre autres pour elle Björk, la reine Elizabeth II, Jean Cocteau, Samuel Beckett, Orson Welles, David Hockney, Sir John Betjeman, Jayne Mansfield et les Beatles.
2014Décès


Prix (sélection)

1995Barry Award
1995What the Papers Say
1995CBE
1986D.Litt. Bradford,
1985MBE


Collections (sélection)

National Portrait Gallery, Londres
Palais de Westminster, Londres
Buckingham Palace, Londres
The Royal Ballet School, Londres


Expositions (sélection)

Single Expositions

2007 - 2008 'Unknown Bown 1947-1967' The Newsroom, Londres, Royaume-Uni

2003 'Rock: 1963-2003', The Newsroom, Londres, Royaume-Uni

1980 - 1981 'The Gentle Eye', National Portrait Gallery, Londres, Royaume-Uni

Groupe Expositions


2007 How We Are - Photographing Britain, Tate Britain, Londres, Royaume-Uni











Interview

2006Woman’s Hour, BBC Radio 4
www.bbc.co.uk


Livres / Catalogues (sélection)

1980The Gentle Eye
1986Women of Consequence
1987Men of Consequence
1988The Singular Cat
1991Pillars of the Church
2000Faces: The Creative process Behind Great Portraits
2003Rock: 1963-2003
2007Unknown Bown
2009Exposures


> En savoir plus
< Réduire
Favoris  0
Votre œuvre a été ajoutée à vos favoris
Panier  0
Le produit a été ajouté
L'article a été retiré

Nous vous tenons informés !

Cercle Vernissage
Inaugurations, promotions et autres événements de LUMAS.
LUMAS
Privée
Des œuvres d’art exclusives à saisir rapidement.
LUMAS
Magazine
Le magazine d’art semestriel gratuit de LUMAS.
Veuillez remplir les champs rouges.

M. Mme

S’inscrire maintenant *Champ obligatoire

Vernissages et événements dans votre galerie LUMAS.
Œuvres d’art exclusives, disponibles très peu de temps.
Et le magazine LUMAS, gratuitement chez vous, au moins une fois par an.

Emmenez l’art dans votre vie !

Merci de votre intérêt pour LUMAS !

Demandez également le magazine gratuit LUMAS maintenant. Plein de nouvelles éditions, les artistes et leurs œuvres en coulisse, gratuitement à votre domicile au moins une fois par an !

Veuillez remplir les champs rouges.

M. Mme

S’inscrire maintenant Demander le magazine gratuitement