Reinhard Görner
 
  • Interior Views
  • Museumsinsel
  • Palazzi
  • Versailles
  • CUTOUTS
  • Introduction

  • Bio

  • Expositions

  • Publications

  • Liens

Parc de Versailles

André Le Nôtre a conçu le Parterre du Midi de Versailles comme une oeuvre de jardin englobant tout l’espace. Avec ces vues sur les chemins onduleux et les bassins dormants, Reinhard Görner photographie le paysage depuis le point de vue déterminé par le célèbre jardinier. La lumière naturelle est définie par la température et la profondeur d’image. La légèreté des images provient des moyens bien pensés et de la connaissance du photographe.

Stephan Reisner


Versailles larger than life

A l’époque de la Renaissance, un portrait était considéré comme réussi quand la personne portraiturée n’était pas seulement reconnaissable depuis ses traits extérieurs, mais aussi quand le peintre réussit de cerner la « persona », c’est-à-dire la personnalité du portraituré.

Un obstacle pareil se pose à la photographie d’architecture. Il s’agit de fixer la présence individuelle d’un bâtiment, que ce soit son intérieur ou son extérieur, sur du papier photographique. Le regard précis du photographe est indispensable dans le procès. Il sait découvrir les formes architecturales comme les traits du visage du portraituré. Même si ces formes ne sont pas mesurables au sens d’une mesure humaine, c’est un sentiment pour l’espace qui permet au contemplateur d’entrer en contact avec l’architecture. Les photographies de Reinhard Görner qui montrent les grandes salles du château de Versailles, n’essaient pas seulement d’appréhender les pièces baroques dans leur richesse de détails, mais elles font parler les lieux au contemplateur.

Tout en s’abstenant d’utiliser des déformants objectifs à grand angle, Görner, avec son appareil photo à large format, met en scène les salles surdimensionnées comme s’il s’agissait d’études de caractère.

Les arcs plein-cintre et les plafonds à caissons sont prudemment coupés par les bords des images, ce qui provoque l’impression qu’ils continuent au-dessus des yeux du contemplateur. Et c’est surtout la sélection du fragment d’image qui dégage une force individuelle des lieux. Pour le contemplateur, ces salles de Versailles sont deux choses à la fois : elles sont vastes et proches en même temps. Le regard peut vagabonder ou s’attarder à des détails. La présence des salles fait toujours partie du plaisir individuel de regarder.


Parfois, les photographies de Görner ouvrent une porte et donnent accès à un monde différent. Elles invitent le contemplateur à un voyage à travers le temps. Ici, le château n’est plus un musée, mais une résidence royale ainsi qu’un lieu historique. Le contemplateur n’a plus besoin de partager les salles avec des masses de visiteurs. Il a plutôt la chance de savourer des impressions exclusives de la Galerie des Glaces et de la Galerie de Batailles que probablement même les rois de France n’ont pas eu. Bien que personne ne se retrouve dans ces salles, leur caractère particulier semble pouvoir s’épanouir d’une façon unique. De plus, ces lieux semblent respirer. Dans la Galerie des Glaces, Guillaume, roi de Prusse, a été nommé premier empereur allemand après la défaite de la France à la guerre franco-allemande de 1870/71. C’est aussi le lieu ou a été signé le traité de paix après la Première Guerre mondiale, en 1919. Pour revenir aux tableaux de renaissance : Les photographies d’architecture des grandes salles de Versailles les dépassent largement, parce qu’elles font naître chez le contemplateur un sentiment pour l’histoire mondiale qui continue à produire ses effets jusqu’à ce jour.

Horst Klöver



Lieux Épiques

Nous avons tous en nous ce besoin de grandes mythologies, de solennités épiques, de lieux qui nous fascinent par leur beauté et qui ouvrent les portes de notre âme, besoin d'espaces qui nous laissent respirer. Le photographe d’architecture berlinois Reinhard Görner nous présente de tels lieux. Dans ses photographies rayonnent le calme et la dignité. Il parvient à redonner à ces lieux tous leurs droits et les représente tels des personnes, avec respect, sans aucune mise en scène ou intervention de sa part. La symétrie de l’architecture historique se reflète souvent dans ses photographies. L’éclairage des lieux que Görner illustre est pour ainsi dire électrisé : tension et suspens nous ouvrent l’espace et nos pensées enfin, peuvent flâner librement.



Correspondances Secrètes

C’est la perfection, une beauté irréprochable que recherche Reinhard Görner (né en 1950) dans ses études photographiques de fleurs – une élégance presque transcendée – qu’il parvient également à créer via son temple de culture. « Chaque plante a son mystère qu’elle peut révéler à n’importe qui, n’importe quand. Mais, le photographe poursuit : «  elle ne peut révéler son mystère que si nous le partageons avec elle ». Être ouvert aux mystères de la beauté, c’est aussi la condition pour aborder les photos de Görner sur les musées. Au lieu du cycle biologique de l'être et du devenir, c’est le désir d'éternité et le caractère immuable des choses qui passe au premier plan. Au lieu d’êtres vivants en mouvement, Nous avons affaire à des objets inanimés. Les lois universelles de la beauté sont aussi valables pour un musée, d’autant plus que les sculptures et les peintures semblent avoir une vie propre et correspondent entre elles. Les œuvres d’art échangent des regards comme hommes et femmes, nus et vêtus, jeunes et vieux. Voici deux chanoines néerlandais dans une salle et deux cabinets plus loin, un Saint Sébastien qui s’étire lascivement et entre qui tout à coup en contact avec eux, comme s’il voulait leur montrer la vraie voie de l’extase et de la sainteté. Dans une autre salle, l’Amour terrestre et l’Amour Céleste côte à côte, séparés par une porte, de même qu’il fallut séparer jadis les deux peintres qui se jalousaient et se méprisaient l’un l’autre au point d’en venir aux mains et de faire appel à la Justice… Des histoires se tissent, remplissent des surfaces, s’emparent des espaces, sautent les époques qui séparent les œuvres parfois – comme si elles n’avaient pas d’importance.

Avec Reinhard Görner même les pièces reprennent leurs droits. Elles sont vides parfois, mais dans leur vide asymétrique elles ne sont pas hostiles, mais plutôt accueillantes, pleines d’attentes, comme si elles avaient envie elle-même de savoir ce qui va leur arriver. Reinhard Görner fait d'abord des études de langue et de littérature allemande, de théâtre et de sinologie pour se consacrer dès 1975 à l’art photographique. C’est un Maître du calme et ses photos, quel qu’en soit le genre, convainquent toutes par leur sensibilité et leur perfection.


SCULPTURE EN MOUVEMENT

Reinhard Görner, photographe d’architecture depuis 1985, est un maître de la perspective et des compositions spatiales minutieuses ; c’est pourquoi il considère la sculpture classique, sous toutes ses facettes et possibilités, comme un défi bien particulier.

C’est le choix du cadrage qui est décisif, c’est lui qui confère un souffle de vie et de légèreté à ces divinités et muses lithiques en les introduisant dans un champ de vision étudié pour créer une tension. Il nous montre la danse de ces créatures, leur musculature saillante, leur gestuelle martiale et, en faisant l’économie de leur piédestal, il leur redonne une certaine mobilité bondissante.

Pour répondre aux exigences classiques de l’art de la sculpture, il fallait créer des gestes expressifs, une physionomie énergique, un drapé ondulé, une corpulence athlétique et une cinétique crédible sous tous les angles. Görner applique avec conviction ce canon de la tridimensionnalité dans sa série ; il découvre ainsi des séquences magnifiquement mouvantes dans lesquelles les protagonistes sont les acteurs vivants d’une scène pleine de fantaisie. Des jeux d’ombre et de lumière parcourent ces silhouettes exposées devant un ciel azuré étincelant ; c’est à travers ces effets de lumière que Görner saisit avec brio la plasticité et le langage morphologique de ces statues. L’angle de l’objectif s’approche d’une position qui nous donne l’impression que le photographe regarde par-dessus l’épaule de certaines sculptures ou directement dans les plis du drapé ondoyant de leur vêtement au lieu de palper leurs proportions de manière frontale. Il supprime ainsi la distance entre le sujet et l’objet au profit d’une adhésion tactile et poétique qui séduit et fascine le spectateur.

Christina Wendenburg
1950Née à Leipzig, il grandit à Allgäu
1970Déménagement à Berlin
Ètudes de philologie allemande et de sinologie Intérèt pour la photographie
Depuis 1982Photographe d'architecture indépendant
Vit et travaille à Berlin


Expositions (sélection)

2006Photographies d'architecture dans le magasin amj design interiors , Berlin
2005Avec la serie 'Plantes.Pièces' participation aux évenements dans le cadre de "Deutschland in Japan", Galerie B u. C, Tokio, Japon
2001'Bait Canteen', Origin Gallery, Dublin
2008 Erhabene Räume, Cologne, Francfort, Berlin, Allemagne


Livres / Catalogues (sélection)

Posthorn & Reichsadler, Nicolai Verlag
Berliner Fassaden, Nicolai Verlag
Das Ullsteinhaus, Jovis Verlag
Die Bundesdruckerei, Eigenverlag
K.-F. Schinkel: Charlottenhof - Römische Bäder, Potsdam Sanssouci,Edition Menges
Steidle&Partner, KPMG-Gebäude München, Edition Menges
The Reichstag Graffiti, Norman Foster, Jovis Verlag
Bode-Museum, Heinz Tesar, Edition Menges

Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, Dietrich+Dietrich, Edition Menges





> En savoir plus
< Réduire
Favoris  0
Votre œuvre a été ajoutée à vos favoris
Panier  0
Le produit a été ajouté
L'article a été retiré
Des inspirations, page après page : l’Art Magazine LUMAS

Dans l’Art Magazine LUMAS, vous trouverez une fine sélection de nouvelles découvertes, les derniers travaux et plein d’autres choses sur nos artistes. Recevez-le gratuitement chez vous.

Toujours à la page : la newsletter LUMAS

Soyez les premiers à découvrir nos nouveautés, événements et autres recommandations des commissaires d’exposition LUMAS. Nous nous réjouissons également de vous inviter aux événements exclusifs dans votre galerie LUMAS.
M. Mme
Art Magazine Newsletter
//fill search fields on main stage Choisissez votre langue