Amelie Von Oppen

Amelie Von Oppen

  • Introduction

  • Bio

  • Liens

L’architecte Amelie von Oppen (*1977) met avec son appareil photo des situations typiques au centre de ses observations. La représentation, très graphique et concentrée sur les lignes, de personnes dans l’image urbaine de la ville montre le quotidien en mise en scène riche en contrastes.

La série « «Partitur » a été crée au printemps de l’année 2008, à la Liebknechtbrücke, un pont à Berlin. Sur les escaliers, les hommes bougent comme les notes d’une partition. Leurs corps contrastent avec les marches claires. Dans cette composition, Amelie von Oppen ne joue pas seulement avec des effets foncés-clairs, mais un de ses sujets est aussi l’opposition entre les éléments horizontaux, qui donnent à l’image un appui optique, et les éléments verticaux qui créent la dynamique dans l’image. Les huit photographies de grandeur d’une partition ouverte, se laissent combiner de n’importe quelle façon dont résultent différents arrangements.

En août 2008, elle continue son travail conceptionnel avec sa série « Donauwellen I-IV » (Les Vagues de la Danube). Devant le Musée Albertina à Vienne, les personnes se détachent du schéma géométrique du pavé. Cependant, le « random walk » des hommes et le dessin onduleux s’unissent à un ensemble dans l’image. Les neuf photographies de chaque série peuvent être attachées de quelconque façon. Par ainsi, le contemplateur peut lui-même développer des impressions générales. Aussi, les séries se laissent combiner entre elles.

La série « Rollfeld » a été crée en été 2008 à Berlin. Différentes situations sur les escaliers mécaniques ont été prises et, par montage, mises dans une nouvelle composition. La combinaison  entre hommes et éléments géométriques est poursuivie dans cette série, ainsi qu’il y existe aussi le principe de la multiple combinaison des images.

Nouvelles démarches

On parle de plus en plus de ralentissement. Ce terme est tout à fait approprié pour caractériser les séries photographiques d’Amelie von Oppen. Ses images sont des études esthétiques et physionomiques des déambulations humaines dans l’espace public. La photographe fige le passage d’un corps en mouvement à l’intérieur d’un cadre choisi – la plupart du temps dans un lieu urbain neutre – pour aboutir à un ensemble délibérément construit. Son objectif - aux aguets - est capable d’enregistrer une diversité incroyable de formes, de variations et de démarches.

Dans sa série en quatre parties, « Lignes de vie » (Lebenslinien), un lac gelé et recouvert de neige devient le canevas de la trajectoire symbolique qu’empruntent certaines existences individuelles. Ce que l’on contemple, c’est une surface enneigée sur laquelle se découpe le tracé isolé et sombre d’un chemin que l’on se fraye librement. Le long de ces lignes, qui rappellent les lignes de vie de la main, les promeneurs déambulent. Certains se déplacent nonchalamment en causant, d’autre se pressent, la tête penchée en avant. Tandis que certains suivent sagement le chemin indiqué, d’autres s’en écartent consciemment et cherchent de nouvelles pistes. Chaque promeneur de l’image révèle ainsi, à travers sa démarche lourde de sens, sa propre attitude existentielle : « Dis moi comment tu marches et je te dirai qui tu es ! » Mais chacun reste ce qu’il est : un promeneur sur un lac enneigé qui se dirige d’un coin de l’image à un autre. D’où venons-nous, où allons-nous ? En fonction de la disposition murale des quatre motifs, de nouvelles directions et de nouveaux buts apparaissent – de nouvelles lignes de vie.

Une de ses autres séries, « Schattenläufer » (les arpenteurs d’ombres), est un hommage au thème traditionnel de la silhouette. Ces images font aussi penser aux jeux d’ombres photographiques d’Umbo et d’André Kertész. Ce n’est pas la silhouette d’un profil qui est dépeinte, mais l’ombre déformée du corps d’un passant ainsi que les jambes de ce même corps. Chaque pas et chaque ombre prolongeant ce pas sur l’asphalte raconte sa propre histoire.

Stephan Reisner

1977née à Bad Harzburg, Allemagne
1996-1997travaille pour Heiner Orth, Hambourg, Allemagne
1998-2004 études d'architecture, TU Berlin, Allemagne, et Università degli Studi di Firenze, Italie (bourse DAAD), diplôme
2005-2007travaille comme photographe indépendante, Düsseldorf, Allemagne
2007fonde "Produzentengalerie COGNOSCO", Berlin, Allemagne


Récemment consulté(s) 0
Favoris  0
Panier 0
Le produit a été ajouté
L'article a été retiré
Retour
Paiement sécurisé
01 43 29 10 29
Service

Nous vous tenons informés !

Cercle Vernissage
Inaugurations, promotions et autres événements de LUMAS.
LUMAS
Privée
Des œuvres d’art exclusives à saisir rapidement.
LUMAS
Magazine
Le magazine d’art semestriel gratuit de LUMAS.
Veuillez remplir les champs rouges.

M. Mme

S’inscrire maintenant *Champ obligatoire

Vernissages et événements dans votre galerie LUMAS.
Œuvres d’art exclusives, disponibles très peu de temps.
Et le magazine LUMAS, gratuitement chez vous, au moins une fois par an.

Emmenez l’art dans votre vie !

Merci de votre intérêt pour LUMAS !

Demandez également le magazine gratuit LUMAS maintenant. Plein de nouvelles éditions, les artistes et leurs œuvres en coulisse, gratuitement à votre domicile au moins une fois par an !

Veuillez remplir les champs rouges.

M. Mme

S’inscrire maintenant Demander le magazine gratuitement